Prométhée, cette énergie... la votre !
   Le Blog du Tour des ÉnergiesNouvelles fraiches Le Primaire prend l'Air Bibliothèque énergétique

29 mars 2007 : Réunion - Mauritius - JNB

29 mars : Transit à l'île Maurice, direction la playa !

Aujourd’hui, journée « lever matinal, attente & transport » en perspective. Rien de très réjouissant, rien de très palpitant, en sus de déchirants adieux avec Riaz! Faute d’avoir pris nos billets suffisamment tôt, le seul vol qui nous permet d’attraper notre Mauritius- Johannesburg de 16h arrive à Maurice à 8h40, c'est à dire plutôt trop tôt. Ce n’est pas le manque de prose diverse et variée à rattraper qui nous fait défaut (entre deux semaines de blog, les articles, les vidéos, les newsletters enfants et adultes, nous avons l’embarras du choix), mais les 7 heures d’attente à l’aéroport de Maurice sont, pour tout avouer, loin de nous enchanter.
Une discussion avec une des hôtesses en charge d'aiguiller les voyageurs en transit nous offre cependant une joyeuse espérance. La plage serait à 10 min en taxi de l’aéroport, et mériterait le détour. Au diable nos retards de prose, à nous les plages mauriciennes ! Qui aurait hésité? 

Aucun commentaire n'a été posté sur ce message. [Poster un commentaire]

29 mars : L'hospitalité mauricienne

En tenue de combat (pantalon, petit pull, chaussures de marche... si la tenue est ad hoc pour une journée d’avion, elle l'est un peu moins pour aller à la plage!), nous décidons d’opter pour l'option plus longue, néanmoins plus locale et moins onéreuse, du transport par bus. Direction la plage de Blue Bay, via la petite ville de Mahebourg où nous devons changer de bus.

Sur le trajet aéroport - Mahebourg, Blandine se lie avec l’une de ses voisines qui semble nous inviter à passer chez elle. Pour tout avouer, nos oreilles peinent à comprendre son patois créole de grand-mère honorable, mais sa jovialité est communicative. Nous acceptons avec empressement de faire cette entorse à  notre trajet, ravies de cueillir cette chance de discuter plus avant avec une dame du cru. Après tout, il n’est que 10h du matin, nous avons bien le temps de nous arrêter un peu en chemin ! Nous la suivons donc dans son petit havre de paix : bordées par un bras d’eau qu’orne un petit « canote » (une barque), la jolie maison et sa cour intérieur respirent le calme. Le temps s’est arrêté. Nous pourrions passer des heures à contempler ce paysage immuable. Nous sommes cependant très vite ramenées à la vie par le babillage de notre hôte. Si son hospitalité est bien réelle, nous réalisons un peu tard qu’elle est aussi un peu intéressée – la gente dame souhaitait nous proposer une chambre à un tarif très raisonnable dans cette île ô combien touristique !-.

Après avoir fini par nous comprendre («  nous avons un avion à prendre dans quelques heures »), nous passons un agréable moment en sa compagnie, un verre de rafraîchissement à la main. Nous faisons connaissance avec sa famille, apprenons que de nombreux amis réunionnais viennent passer leurs vacances ici...mais assez vite, pour ne pas les déranger outre mesure, nous songeons à nous éclipser et nous attaquer aux détails logistiques de notre court séjour mauricien : il nous faut nous équiper en « nécessaire de plage », les nôtres étant restés sous la garde d'Humpty et Dumpty que nous avons enregistrés jusqu’à Jo’burg, et nos sous-vêtements n'ayant pas ce matin été choisis dans l'idée qu'ils pourraient nous dépanner dans cette situation (comment cela, ils ne sont pas assortis ?).  Aussitôt notre départ pour la plage évoqué, notre hôtesse se propose de nous accompagner «au marché », à la recherche de tout ce qui pourra faire notre bonheur.

Aucun commentaire n'a été posté sur ce message. [Poster un commentaire]

29 mars : A la recherche de l'équipement 'playa'

Il nous faut trouver deux bikinis pas trop chers et une mini serviette, minimum vital pour profiter un peu de notre étape involontaire. Blandine craque pour un maillot de bain rose à pois colorés, tandis qu’Elodie rêve du même en noir. Après essayage d’une bonne dizaine d'entre eux, notre choix se porte sur deux modèles plus classiques (même forme, et quasi même motif !).  Les fleurs et les ficelles avec « petit noeud à nouer » l’auront au final emporté. Les vendeuses nous proposent une serviette « Mauritius » jaune soleil sur laquelle se portera notre choix de touristes d’un jour. Plus qu’à acheter de la crème solaire pour compléter notre kit. Aussitôt dit, aussitôt fait, nous sommes maintenant prêtes à affronter la plage et le soleil mauricien ! Notre hôtesse a été un véritable guide pour nous dans le petit village de Mahebourg : c’est elle qui nous a orientées, et, élément non négligeable, a discuté avec les divers tenanciers pour qu'ils nous fassent « un petit prix ». Notre ange gardien nous accompagne jusqu’au terminal de bus, et, après avoir pris soin de s’assurer que nous attendions le bon, nous quitte d’un petit signe de la main !

Aucun commentaire n'a été posté sur ce message. [Poster un commentaire]

29 mars : La plage mauricienne : ah, si nous pouvions rester ici quelques jours...

Vingt minutes de bus plus tard, nous débarquons sur la plage de Blue Bay. Il s’agit avant tout de trouver une place ombragée (vus notre couleur aspirine et l’heure – probablement l’une des plus chaudes de la journée - ce ne sera pas du luxe), un peu à l’écart de tous. Le temps d’enlever chaussures de marche, pantalon et T-shirt... et nous voici dans l’eau, les doigts de pieds en éventail, réalisant à peine ce qui nous arrive (si si, c'est bien un visa business que nous avons pour l'Angola) !

Ensuite, farniente, chacune occupant un petit bout de notre unique serviette. Nous faisons connaissance avec un jeune couple autrichien qui a mis de bout en bout ses vacances pour partir 3 semaines pour lui et 6 pour elle à la découverte de l’île (dont on fait probablement le tour en une journée, NDLR). Ce sont également de vrais aventurieux africains, du moins la jeune femme. Après avoir travaillé en Afrique du Sud, elle a traversé la Zambie pour remonter jusqu’au Kenya, le tout en transports en commun et en 3 mois. Nous leur laissons l’adresse de notre site Internet, peut-être y feront t-ils un tour ?

Pour ne pas réitérer nos mésaventures d’avions, Blandine règle le réveil pour qu'il sonne à temps pour nous rappeler de reprendre le bus, et, une fois n’est pas coutume, notre pied de pilote est énooooooooorme. Point de place à l’amateurisme ;-)

Alors que Blandine avait joué les paparazzis des paysages mauriciens à l’aller, c’est au tour d’Elodie au retour de sortir la tête de la fenêtre du bus pour essayer d’immortaliser ce petit coin de paradis. Nous avons juste le temps entre nos deux bus de nous arrêter manger un brin à Mahebourg (petit resto indien),  et de profiter quelques minutes encore de la quiétude de l’île. Malheureusement, il est temps de prendre le dernier bus, chose faite à contre-coeur pour rejoindre l’aéroport. Ah, Maurice...

Aucun commentaire n'a été posté sur ce message. [Poster un commentaire]

29 mars : Retour à Jo'burg... et mésaventures

Les plages mauriciennes sont loin (reliquats : les maillots de bain que nous avions gardés en guise de sous-vêtements, et la serviette jaune soleil roulée et coincée sur le côté du sac de Blandine), nous venons d’atterrir à Johannesbourg. Première mésaventure du voyage... Avec le recul, rien de vital. Dans cette « ville du crime », nous n’avons été ni détroussées, ni menacées, ni violées, ni tuées. Premier point. Et c’est partiellement de notre faute. Deuxième point.



Nous avions acheté une bouteille de Rhum mauricien à l’aéroport pour Monsieur Total Angola (qui a organisé notre séjour de bout en bout), gardée dans un sac duty free. Blandine, durant le trajet Maurice – Johannesbourg, avait sorti son ordinateur pour écrire blog et articles dans l’avion (vous voyez qu'on pense à vous !). Au moment de repartir, entre un sac énorme, cette bouteille encombrante, et surtout, beaucoup de fatigue... l’ordinateur est oublié, dans sa belle pochette noire, sous son siège. Oui, celui là même qui nous sert d’outil de travail. Oui, celui là même que nous balladons depuis le début partout avec nous, pour taper nos mails, écrire nos articles, télécharger de la doc... Enfin, bref. Blandine s’en rend compte lorsque nous récupérons nos bagages, court comme une dératée pour revenir dans l’avion. Il est trop tard. L’objet a fait le bonheur d'un passager, d’un agent de la sécurité ou de nettoyage, who knows?



Mais l’espoir de le retrouver ne nous abandonne pas tout de suite : elles sont coriaces les minettes ! Direction la police, pour une déclaration de 'perte' en bonne et due forme. L’occasion de découvrir que les policiers sud africains ne sont pas des plus intéressés par notre histoire. Et leurs méthodes vraiment archaïque. La déclaration est remplie à la main, par une femme qui ne comprend pas grand chose à l’histoire, et qui, pour tout avouer, ne met vraiment pas du sien à nous faciliter les choses à 22h30... Nous manquons probablement de lettres de noblesse, et le fait est trop banal pour qu'y soit prêtée une quelconque attention. Au bout d’une heure et demie, nous récupérons notre petit bout de papier jaune avec le numéro d’enregistrement de la déclaration, qui a été pour le moins laborieux à être obtenu. Il est 23h30, nous appelons l’hôtel pour que quelqu’un vienne nous chercher.



Nous avions réservé une chambre dans une auberge de jeunesse via Internet (merci Riaz pour ta recherche fructueuse !). De sa catégorie pour l’instant, elle remporte la palme parmi celles que nous avons visitées. Rob, le proprio anglais, vient nous chercher à l’aéroport, à quelques 3 km de l’hôtel. En apprenant ce qui nous arrive, il compatit à nos malheurs, mais nous avoue que nous devrions pas trop espérer le retrouver... Notre chambre est spacieuse et confortable, nous pouvons y oublier les malheurs du jour et rêver à Maurice.

Le 7 avril :
C'est vrai c'est que l'essentiel est vous soyiez en bonne santé !
 

1 commentaire [Lire] [Poster un commentaire]

 English Deutsch Spanish Site officiel de Prométhée. Tous droits réservés.
Livre d'or Livre d'or    Contact Contact
Plan du site du projet
Plan du site du Livre
Liste des documents partagés