Prométhée, cette énergie... la votre !
   Le Blog du Tour des ÉnergiesNouvelles fraiches Le Primaire prend l'Air Bibliothèque énergétique

26 mai 2007 : La Chine et ses millions

27 mai : Un décallage difficile...

Le programme de la matinée n’est pas très réjouissant : il nous faut avancer le rapport AFD (i.e. faire descendre de quelques centimètres la pile de documentation collectée et non lue, entreprise laborieuse et de longue haleine...) et écrire notre blog, qui souffre de quelque retard (l’auriez-vous remarqué?) L’ambiance studieuse fait sourire Céline, les demoiselles pianotant sur leurs ordinateurs. De son côté, Christophe se remet d’une nuit un peu difficile, malencontreusement agrémentée de piqures de moustique.
Notres estomac se rappelant à notre dure condition humaine, nous finissons par décoller vers 13h, à la recherche d’un petit restau non loin de l’université. Chose dite, chose faite (la trouvaille étant facilitée par Céline qui connaît bien les environs!), nous voici embarqués dans l’un d’entre eux, assez familial. Parmi les mets exotiques, c’est l’occasion d’essayer une soupe sucrée et des beignets au potiron... en sus des traditionnels tofus, boeuf mariné, petits champignons ! Pour vous donner un ordre de grandeur, ce que nous nommerons un « remplissage de panse en bonne et due forme jusqu’à complète satiété » est possible à 4 pour 80 yuans, c’est à dire un peu moins de 8 euros. Vive la Chine, comme nous le fait remarquer Christophe J
En sortant du restau, ô enfer ô damnation, Elodie constate avec effroi que sa merveilleuse tong-achetée-à-la-Réunion-et-réparée-en-Inde la lâche sans préavis aucun...  deux options : 1. acheter à la va-vite une paire de chaussures dans le quartier avoisinant (en prenant le risque de chercher désespérement un marchand de chaussures et surtout celui qu’il n’y ait pas de pointure 40, alias Céline qui exhibe sa paire 39 avec un pouce d’orteil légèrement en dehors – NB:  il faut le savoir, nous ne l’aurions pas deviné !), 2. faire un crochet par l’appartement pour troquer cette paire contre les chaussures de rando, les fidèles alliées du bagpacker. L’option retenue est la numéro 2, avant de partir à l’assaut de la ville.

Le 5 juin :
Bonjour !

alors ce petit voyage, ça se passe bien ?
Je viens de consulter votre site et votre projet.
Belle idée... Le réchaufement climatique.
Bon. Vous avez décidé d'y participer ?
Parce que si c'est ça, alors BRAVO !

Les "réflexions" de 4 ingénieurs autour d'une tasse de thé m'ont particulièrement sauté aux yeux :
Oui, nous avons appris beaucoup de choses.
Oui, nous avons été sensibilisés aux avancées permises par la science.
Oui, nous sommes conscients des enjeux liés à notre consommation, en particulier énergétique, et à son impact sur notre environnement.
Mais cela suffit-il ? Réponse : manifestement non.
- Vu les partenaires que vous avez adopté : Air France ! BMW ! TOTAL !
-  Et le mode de transport que vous avez choisi pour vous faire un bôôôô tour du monde ! Tant pis pour votre empreinte écologique... Après tout on s'en fiche ! C'était pas le but n'est-ce pas ? ;)

Bon allez. C'est pas très cohérent tout ça. et ça manque d'intégrité.
Par contre ça paye. et ça fait des souvenirs.

Le 17 juin :
et alors ? des nouvelles ! ça fait déjà quelques semaines que vous avez quitté Shanghai, que devenez-vous ?

Le 25 juin, selon Elodie & Blandine :
Bonjour,

merci beaucoup pour ce regard critique que vous portez sur notre projet et que vous voulez bien partager avec nous. Ainsi que vous vous en doutez, ces questions nous ont titillés lors de l'élaboration de notre projet - et nous sont souvent posées par nos interlocuteurs. Nous aimerions vous proposer les quelques pistes de réflexion ci-dessous, sur lesquelles nous serions ravies d'avoir avec vous une discussion plus approfondie : c'est de l'échange que naissent les idées riches.

- Nos partenaires :
- TOTAL ne nous a pas obligés à indiquer son nom sur notre site ni sur notre plaquette; au vu du soutien que cette entreprise nous a apporté, il nous a semblé plus honnête de le mentionner. Pourquoi s'en passer? TOTAL nous avait prévenus que leur nom pouvait nuire à l'image de notre projet :  "ne mentionnez pas notre nom, il risque de vous porter ombrage plus qu'autre chose". Nous fûmes très étonnés de découvrir au passage nombre de projets qu'ils soutiennent sans en espérer de retombées médiatiques, afin de ne pas  "nuire à l'intiative".

Ceci n'est cependant qu'un point de détail. Pourquoi avons nous sollicité son soutien?
1. Nous avons été très intéressés par l''encyclopédie en ligne développée pour les enfants "planète énergie'' (sur climat et tous les types d'énergie - et pas seulement pétrole & gaz). Comme vous l'avez peut être remarqué, notre objectif étant de communiquer de façon précise sur les technologies de l'énergie, en particulier auprès d'un public jeune (voir la partie 'primaire' de ce site), nous souhaitions nous rapprocher de ce site très instructif. 

2.TOTAL n'est pas EXXON MOBIL. Elle n'a pas payé des scientifiques pour prouver que le réchauffement climatique n'existait pas.

3. Les compagnies pétrolières sont amenées à diversifier leurs champs de compétences : BP Solar, Tenesol (JV TOTAL - EDF), EDF Energies Nouvelles sont des acteurs de premier plan dans le secteur des énergies nouvelles. On peut regretter que cet engouement paraisse tardif - mais ne saurions lancer la pierre à des entreprises qui font les  premiers pas pour se lancer dans l'aventure durable. Et quand bien même ce serait pour faire plus de profit - où serait le mal? Il n'est pas encore né, l'entrepreneur qui se lancerait dans la promotion de nouveaux modes de consommation et de production d'énergie en vendant ses produits à perte.

4. Ce n 'est pas en excluant "les pollueurs" qu'on parviendra à réduire les effets sur le changement climatique. Au contraire, ces acteurs majeurs amenés à mettre eux aussi en place des stratégies durables (quand bien même à petits pas) sont ceux là même qui disposent des moyens techniques et financiers pour développer des solutions technologiques et économiques pour la lutte contre le réchauffement climatique (les pétroliers sont parmi les seuls à disposer de l'expertise technique qui permet d'étudier les possibilités liées à la séquestration du carbone par exemple)

5. entre une compagnie qui extrait des ressources, et ceux qui les utilisent, qui est à blâmer? Il nous semble difficile de trancher en restant juste (Certes, les lobbies peuvent retarder la pénétration sur le marché de technologies plus propres - voir le cas des voitures électriques. Ne sont-ils néanmoins pas esclaves du marché qui pourrait être plus exigeant?). Malgré les avancées de la chimie verte (carburants, chimie, médicaments ...), il est probable que nous ayons pour encore longtemps besoin du pétrole - pour la diversité des molécules qu'il contient ainsi que sa densité énergétique inégalée pour les transports. Il faudra bien dès lors l'extraire.

6. Nous pensons qu'il est irréaliste de chercher à "interdire le pétrole", mais proposons d'en faire un usage raisonné et plus respecteux de l'environnement. C'est dans cette optique que nous avons développé le kit pédagogique, dont nous espérons que vous voudrez bien prendre connaissance en vous rendant dans la partie 'le primaire prend l'air' de ce site. Encore (incomplet et) imparfait, et à l'affût de toute remarque que vous voudrez bien nous transmettre (par exemple par le biais du forum accessible depuis la même page primaire ou en nous envoyant un message en cliquant sur l'enveloppe en bas à droite de cette page-ci) pour l'améliorer, il vise à présenter les ressorts de tous les types d'énergies, y compris celles qui sont utilisées aujourd'hui.
Nous pensons en effet qu'il nous sera difficile (pour des raisons très variées) de nous en passer en un claquement de doigts, en particulier à court terme - et qu'il est donc utile de les mieux connaître pour se faire sa propre idée sur leurs mérites et démérites respectifs, plutôt que d'en diaboliser certaines, en oubliant que si elles ont une part tellement importante dans nos mix énergétiques, c'est probablement qu'elles ont aussi quelques avantages (pas uniquement liés à la rente que leur exploitation constitue pour certaines personnes/sociétés/pays).

BMW? Ce n'est pas l'entreprise, mais sa fondation qui nous soutient, via l'attribution de l'un des prix du concours "Initiatives pour le Développement Durable".
Comme dans le cas d'Air France, l'entreprise mère fait de ses clients de gros consommateurs d'énergie fossile, et donc aussi de "gros pollueurs". Ce sont bien eux qui ont le pouvoir de changer pas mal de choses. Nous ne pensons pas que c'est en les ignorant par une politique de l'autruche que l'on agit de façon plus efficace.
Bref, c'est l'éternel débat entre ceux qui n'envisagent l'évolution que via la révolution, et ceux qui pensent que la réforme par infiltration de l'appareil en place a plus de chances d'aboutir. Il n'est à notre connaissance pas tranché !

- La critique dont vous nous faites part quant à notre moyen de transport est à nos yeux la plus fondée. Nous avions pour ambition de réaliser notre projet informatif (montrer à ceux qui se réfugient dans l'immobilisme en se  disant "à quoi sert de changer mon mode de vie si en Chine ou aux Etats-Unis, les gens - qui sont bien plus nombreux et bien plus pollueurs que moi - ne changent rien au leur ou à leurs aspirations de développement?" que des actions concrètes pour mieux utiliser nos ressources et prendre en compte la contrainte climat ont bien lieu autour du globe - y compris en Chine et aux Etats-Unis) en 7 mois.
Ce qui est très court. D'où le passage de frontières par avion. Néanmoins, nous cherchons à utiliser au maximum transports en commun et ferroviaires.
Cela ne vous semble probablement pas satisfaisant - à nous non plus. C'est pour cela que nous avons prévu de compenser nos émissions de carbone en les 'rachetant' à une association (Action Carbone). Ce n'est probablement pas la solution idéale - mais c'est la meilleure que nous ayons trouvée, pour rester fidèles au message que nous essayons de faire passer : chacun, à son échelle, peut oeuvrer à un monde plus durable.
 
Nous avons pensé que communiquer sur les initiatives mises en place ici et là pour traiter d'énergie pourrait avoir un impact dépassant  l'empreinte écologique de notre voyage.
Convaincre (par exemple) une entreprise textile pakistanaise de mettre des panneaux solaires thermiques sur son toit et la mettre en relation avec un fabriquant local nous permet de penser que nous participons à l'avènement d'une autre société.
Nous frotter à des personnalités diverses fait mûrir en nous l'idée d'une entreprise "durable" ; nous pensons que ce voyage, au vu de la fatigue engendrée et des découvertes faites participe plus à une construction personnelle qu'à la prise de "bon temps". Peut être sont-ce celles-là aussi, les illusions dont la jeunesse est porteuse, celles qui permettent in fine de choisir un futur autre.

Ceci étant, nous serions heureux de discuter avec vous de ces sujets (et d'autres) si vous jugiez ces réponses peu satisfaisantes, et attendons avec impatience les commentaires que vous pourrez nous faire sur les améliorations à apporter au kit pédagogique que vous voudrez bien nous faire.

Sur un tout autre sujet, et puisque vous avez l'air très au fait des questions d'énergie durable : seriez vous intéressé par reprendre un site de covoiturage très dynamique, dont la conceptrice ne peut plus se consacrer à l'animation mais regorge d'idées pour assurer son développement?
N'hésitez pas à nous le faire savoir (icône 'enveloppe' en bas à droite).

3 commentaires [Lire] [Poster un commentaire]

27 mai : Au palais de la confection...

Après avoir récupéré nos billets Shanghai-Pékin à l’autre bout de la ville (dans un quartier pour le moins peu touristique que nous aurions pu épargner à Céline !), nous voici au marché des tissus, dans le vieux Shangai. Quatre étages de tissus divers et variés, où l’on peut se faire faire des milliards de vêtements sur mesure. Chaque étage regorge d’échoppes, spécialisées en général dans un type de tissu (lin / coton), ou une catégorie de vêtements (costume pour homme / tailleurs femme / manteaux / chemises). Vous l’avez compris, il s’agit du paradis des occidentaux ! Premier étage : nous dévorons des yeux les différents modèles en touchant à peine (Blandine essaye tout de même un manteau : le genre d’article qui rentre facilement dans le sac pour la fin du voyage !). Deuxième étage : notre pudeur fait place à une frénésie commerciale. Elodie craque pour un pantalon en lin, « copie de l’original », et ressort héroïquement son modèle élimé et troué ayant un peu trop vécu les 4 mois précédents (commentaire subsidiaire : une mauvaise langue masculine lui aurait dit de jeter ledit pantalon en Inde... il sera prouvé en ce jour du 26 mai qu’il était tout à fait raisonné de garder ce tas de chiffon !). Blandine s’offre un modèle tailleur « Chanel » et des chemisiers sur mesure. Pour la petite anecdote, la qualité du tissu d’un chemisier en coton est liée à son épaisseur et donc, comme vous le devinez sûrement, à sa transparence. Le vendeur, qui sait mener sa barque, montre en passant ses doigts sous le tissu que celui-ci est d’une qualité irréprochable. C’est sans compter sur les talents de Blandine qui glisse adroitement un billet de 100 yuan (rouge et blanc, pour info) sous le tissu et que l’on voit naturellement bien plus par transparence ! Il s’agit d’expliquer à ce Chinois, de la gente masculine, que les sous-vêtements féminins ne sont en général pas d’une texture similaire à celle de la peau. Et Blandine de relever son t-shirt pour plaquer un  bout de rouleau de tissu sur sa petite tenue (blanche, cela va de soi) et d’illustrer ses dires, le tout avec une synchronisation parfaite pour ne point choquer leur pudeur... Christophe, de son côté, s’offre un costume bleu marine : il n’y a pas à dire, le jeune homme est bien plus classe en costard !

Aucun commentaire n'a été posté sur ce message. [Poster un commentaire]

 English Deutsch Spanish Site officiel de Prométhée. Tous droits réservés.
Livre d'or Livre d'or    Contact Contact
Plan du site du projet
Plan du site du Livre
Liste des documents partagés